Comprendre l’anarchie : Histoire, symboles et figures emblématiques du mouvement anarchiste.

Brève histoire de l’anarchie et des anarchistes en Italie

Publié le 1er juillet 2024 par Francesco Scatigno

Une exploration de l’anarchie à travers ses symboles, ses penseurs et ses événements historiques clés.

L’anarchie, souvent mal comprise comme synonyme de chaos, trouve ses racines étymologiques dans le grec « an-archos » signifiant « sans dirigeants ». Ce concept, loin de promouvoir le désordre, prône une société sans autorité imposée où l’autonomie et la coopération volontaire prévalent. En retraçant l’histoire de l’anarchie, nous explorerons ses symboles, ses principaux penseurs tels que Pierre-Joseph Proudhon, et des événements marquants comme la Commune de Paris de 1871. À travers cette exploration, nous dévoilerons une vision de l’anarchie fondée sur la justice sociale, l’autogestion et la liberté individuelle.

Joan Banjo - Creative Commons

Signification de l’anarchie
L’anarchie, dérivé du grec « an-archos » qui signifie « sans dirigeants », est souvent interprétée dans le langage courant comme synonyme de désordre ou de chaos. Cependant, cette interprétation ne rend pas justice à la richesse et à la complexité du concept. L’étymologie de l’anarchie nous ramène aux racines d’un mot qui décrit une vision du monde basée sur l’absence d’autorité imposée, où les gens vivent en autonomie et en coopération volontaire.

Contrairement à ce que l’on pense généralement, le sens simple du terme anarchie ne fait pas allusion à une réalité chaotique, mais à une organisation sociale dans laquelle les hiérarchies et les structures de pouvoir sont remplacées par des formes d’autogestion et de mutualisme. Dans ce contexte, une personne anarchiste n’est pas celle qui aspire au désordre, mais plutôt à une société plus égalitaire et libre, où les décisions sont prises collectivement et où le bien-être de tous est considéré comme une priorité.

La vision anarchiste s’oppose à l’idée selon laquelle certaines personnes devraient avoir le pouvoir de commander sur les autres, promouvant plutôt un modèle d’organisation basé sur le consensus et la participation active de tous les membres de la communauté. Les anarchistes croient que, sans les contraintes imposées par l’État et les institutions autoritaires, les individus sont capables de s’organiser de manière responsable et solidaire, promouvant la justice sociale et la liberté individuelle.

Symbole de l’anarchie

Le symbole anarchiste le plus répandu est le A entouré. Mais les symboles anarchistes sont nombreux. Le drapeau rouge-noir et le drapeau noir sont d’autres symboles largement utilisés. Il existe d’autres symboles mineurs qui font référence à des courants spécifiques de l’anarchisme.

Proudhon
Le premier penseur à utiliser le terme anarchie dans un sens positif fut Pierre-Joseph Proudhon. L’auteur français définit l’anarchie comme l’absence de dirigeants et de pouvoir au-dessus de l’individu. Il définit le principe fédératif qui doit réguler les relations entre les individus et les communautés et le principe de mutualisme qui dans l’économie remplace le rapport de force du travail salarié. D’autres auteurs et théoriciens de l’anarchisme étaient Mikhaïl Bakounine, Piotr Kropotkine, Carlo Cafiero et Errico Malatesta.

La première internationale
Les anarchistes ont d’abord participé à l’Association internationale des travailleurs avec d’autres courants socialistes et les communistes dirigés par Karl Marx. Cependant, des conflits entre les anarchistes anti-autoritaires et les communistes autoritaires refont bientôt surface. Lors d’une conférence à Londres de la Première Internationale en 1871, à laquelle les anarchistes étaient absents, les communistes approuvèrent le choix de créer des partis politiques. Au congrès de La Haye de 1872, Bakounine fut exclu de l’Association internationale des travailleurs.

La Conférence de Rimini et l’Internationale anti-autoritaire
En août 1872 se tient à Rimini la Conférence qui voit naître la Fédération italienne de l’Association internationale des travailleurs. Cafiero, Malatesta, Costa, Nabruzzi et d’autres délégués y ont participé. En septembre de la même année, à Saint-Imier en Suisse se tient le congrès fondateur de l’Internationale anti-autoritaire qui, contrairement aux socialistes communistes, n’a pas pour but de prendre le pouvoir mais de le combattre et de le détruire.

Le jeune poète italien Giovanni Pascoli était également un sympathisant de la Première Internationale.

La Commune de Paris de 1871
La Commune de Paris fut la première expérience libertaire d’autogestion du pouvoir à travers la rébellion du peuple contre le gouvernement français. En mars 1871, à la fin de la guerre franco-prussienne, la population parisienne expulse le gouvernement, coupable d’avoir signé la capitulation avec les Allemands, et supprime le Parlement. Les Parisiens réclamaient des réformes sociales et voulaient éviter un retour à une forme de gouvernement monarchique.

Parmi les figures les plus importantes de la Commune de Paris figurent Louise Michel, Élisée Reclus et Amilcare Cipriani. L’expérience se termine en mai de la même année avec la prise de Paris par l’armée qui fait des milliers de victimes et déporte les révolutionnaires faits prisonniers vers la Nouvelle-Calédonie.

Les mouvements insurrectionnels en Italie
Après la Conférence de Rimini de 1872, anarchistes et républicains s’unirent au sein d’un Comité national pour la révolution sociale. Des tentatives d’insurrection suivirent, dont les plus marquantes furent celle de Bologne en août 1874, à laquelle participèrent Cafiero, Costa, Bakounine, Malatesta et Olimpia Kutuzova (qui était censée apporter la dynamite) ; et celle de la Bande Matese qui, en avril 1877, aurait dû se former dans les communes de la région de Bénévent. Les insurgés ont hissé le drapeau anarchiste rouge-noir dans la municipalité de Letino mais ont été contraints de fuir et de se rendre.

Premier mai anarchiste
Le 1er mai 1867, une loi entra en vigueur dans l’État de l’Illinois qui reconnaissait la limite de huit heures de travail proposée comme limite d’activité professionnelle.

Voir en ligne : Brève histoire de l’anarchie et des anarchistes en Italie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pouvez proposer des articles et participer à tous les forums.
Les auteurs sont responsables de leurs écrits et assument pleinement leurs publications.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?


2001-2024 Bellaciao
Contact | Mentions légales |
Les publications d'articles sont modérées a priori.
L'inscription est obligatoire pour publier et participer aux forums.
Les auteurs sont responsables de leurs écrits et assument pleinement leurs publications.

Archives Bellaciao 2001-2021

Bellaciao FR Bellaciao IT Bellaciao EN Bellaciao ES